mardi 7 septembre 2021

Inutile de lire le rapport du GIEC

Après quelques jours en autonomie, le retour à la civilisation et la revue de presse de ce matin confirment deux points importants dans la démarche de transition immobilière:

1-  Au risque de choquer, il ne sert à rien de lire le énième rapport du GIEC nous alertant sur l´aggravation du changement climatique et ses conséquences: des phénomènes plus fréquents, violents et globaux. Car des études et des rapports sur cette thématique, nous en avons plus que de nécessaire depuis des décennies pour prendre des décisions. Au delà d´un certain seuil, s´abreuver de ce genre de littérature ne fait qu´alimenter du stress et une eco-anxiété peu propices à l´action. 

2- Il ne sert à rien non plus d´attendre une réponse globale, politique ou systémique. Certes, les problématiques sont systémiques, mais les solutions à court terme ne le sont pas. Pourquoi attendre un nouveau sommet sur le Climat ou une nouvelle conférence sur l´urgence climatique ou sur la disparition de la Biodiversité pour s´apercevoir de l´inefficacité des tentatives de coordination au niveau mondial ? J´emprunte à Jean-marc Jancovici, dont je ne saurais trop vous conseiller les intéressantes réflexions, le graphique ci-dessous:

De ces deux constats émergent quelques convictions destinées à dépasser le choc du constat climatique et celui de l´impuissance des politiques globales : 

Les politiques locales, l´action personnelle ou en petit groupe sont des actions immédiates pour vaincre la sidération et développer ses propres solutions immobilières intégrant les enjeux qui pointent à l´horizon.

Cette certitude répond au besoin de changer d´échelle et de sens dans la résolution des problèmes:
  • Changer d´échelle : Ne pas attendre une solution divine globale et se retrousser les manches pour les résoudre à son niveau participe à la création d´un bien-être immédiat peu sensible aux contingences politiques. A votre échelle vous êtes tout à fait capable de produire une réponse au travers de la rénovation ou de la construction d´un habitat durable sans attendre des incantations globales sans effet. Le temps de réflexion et de mise en œuvre sont généralement longs. Comptez un minimum de 2 années entre l´achat d´un terrain, la conception des systèmes autonomes, les plans, la construction et la remise des clefs.
  • Être acteur de sa transition: Concevoir un projet immobilier de transition résilient prenant en  compte les enjeux climatiques et l´autonomie permet de totalement inverser le sens de résolution des problématiques : vous n´attendez plus rien (à court terme) des politiques globales et vous développez pour votre famille une solution dont la valeur dépasse largement celle de son usage immédiat. Car un habitat moderne capable de produire sa propre électricité, sa nourriture, son gaz dispose d´atouts considérables en cas de rupture temporaire ou durable de la normalité. 
En prenant des décisions de réorientation des efforts et des investissements: transfert des supports "traditionnels" (bourse, PEA, PEP, PEL, Assurance-vie, comptes bancaires "à bloc", immobilier locatif...) vers des projets immobiliers de transition, vous anticipez, utilisez et préparez votre patrimoine de demain. 




Si vous ne voulez pas commander sur Amazon: 

samedi 2 janvier 2021

Apprendre à vivre avec l´incertitude ou secrètement espérer continuer à acheter des certitudes ?

Est-ce un effondrement temporaire ou durable ? Les nombreuses interrogations à ce sujet révèlent aussi en arrière-plan un questionnement existentiel sur le futur format de l´après-crise alors que certains fondements philosophiques et sociétaux sont bousculés, levant le voile sur d´autres possibles. 


En d´autres termes, si cette crise est temporaire, allons-nous reprendre notre vie « comme avant » et continuer à tranquillement acheter des certitudes dans un monde plat et prévisible ? Continuerons-nous à faire des compromis notamment sur nos libertés, nos choix et sur l´impact de notre consommation frénétique sur la planète ? C´est le prix que nous étions (in)consciemment prêt à payer pour aplanir les incertitudes et évoluer avec un horizon temporel long, rassurant et relativement prévisible, dont nous ne pouvions cependant pas feindre d´ignorer la létalité sur le long terme. 

Ou bien allons-nous devoir (sur)vivre dans une crise durable et nous adapter à un nouveau monde dont les contours ne sont pas encore bien définis, mais dont l´incertitude et l´opportunité de repenser seront les caractéristiques ? Combien seront capables de s´en accommoder ? Car avec les aléas sanitaires, économiques, financiers qui continuent de se renforcer, nous passons à une logique de court terme, de gestion de crise et de plans d´urgence permettant de progresser uniquement de crêtes en crêtes sans vraiment voir ce qui nous attend.

Avec cette crise globale du Covid-19, nous passons d´un paysage connu de plaines à perte de vue, à un paysage montagneux se découvrant derrière chaque escarpement. Notre tendance naturelle pour les habitudes pourrait nous faire regretter le doux compromis des plaines, offrant une vision à 360 degrés sur le monde environnant, à celui d´un monde à découvrir fait d´horizons plus proches rendant difficile la planification.

Nous expérimentons déjà la contraction de l´espace et du temps. Sans les avions, le monde s´est rétracté devenant moins accessible d´un simple vol low-cost. Se déplacer d´un point à l ´autre de la planète n´est plus aussi simple qu´auparavant et sera sans doute compliqué (et coûteux) durant un moment.

Le temps, lui aussi est impacté. En quelques mois à peine, nous sommes passé de la planification à moyen ou long terme, à la prise de décision à court terme et à la navigation à vue pour tous. Sans conviction et imagination, il devient compliqué de faire des plans se déroulant sur de longues périodes, alors que notre modèle est notamment basé sur la gestion d´aléas acceptables. 

Le capitalisme tout entier est conditionné par l´espérance de gains futurs dans un mode plat et contrôlé. Si personne n´est capable de prévoir le monde de demain, qui va risquer d´accompagner la moindre initiative ? Supprimer la certitude, ce n´est pas seulement supprimer nos prochaines vacances d´été à Paimpol les Oies ou à Disneyland, c´est surtout priver nos gigantesques infrastructures de leurs fondamentaux basés sur la prévision. Je ne parle pas ici de l´anticipation de la simple commande massive de masques, de surblouses, de respirateurs, de vaccins, je parle de l´incapacité fondamentale de notre modèle occidental à évoluer en l´absence de certitude, même psalmodiées. D´autres modèles sont plus résilients et s´accommodent de l´incertitude.

La mondialisation montre ici ses limites. Une OMS réduite à comptabiliser les morts sur une belle carte interactive, mais incapable d´assumer son rôle de prévention, d´information, de préparation et de coordination que l´on attendait d´elle. Une Europe, mettant des semaines à coordonner ses membres récalcitrants et décidant finalement en désespoir de cause de faire "Tapis" en injectant 500 milliards d´euros dans le tonneau des Danaïdes. Des Banques Centrales contraintes d´alimenter, elles aussi, le zombie économique pour tenter de calmer ses spasmes terminaux sans pouvoir vraiment se poser la question de sa pertinence. Mais que faire d´autre, à part poursuivre la logique jusque dans ses ultimes retranchements ? Voilà le spectacle auquel nous assistons, alors que les saintes alliances globales se délitent rapidement, que des chaînes de production mondialisées se retrouvent sans pièces et que les complémentarités du profit et de la délocalisation s´évaporent. 

Nous passons d´un modèle global en expansion du fait de la profusion des options sur étagère, à un nouveau paradigme qui pourrait être local et en contraction par nécessité et réduction massive des alternatives. Une sorte de mouvement de l´histoire répondant aussi aux lois de la physique élémentaire énonçant qu´un phénomène d´expansion est suivi d´une contraction. Une sorte de « Big Crunch » cosmologique démontrant qu´une expansion ne peut pas être infinie et qu´elle est toujours suivi d´un mouvement de contraction, suivi de nouveau d´une expansion, et ce, sans doute de manière infinie. L´humanité échapperait-elle aux règles de l´univers ? Du fait de son indéniable supériorité intellectuelle, serait-elle au-dessus des lois d´une nature sifflant la fin de la récréation avec un simple virus de quelques microns ? 

Je ne pense pas, alors n´ayons pas peur des découvertes qui se profilent, n´ayons pas peur de ce risque, car il peut révéler des opportunités. L´opportunité de réinventer face aux dangers, versus accepter moins de liberté en contrepartie d´un illusoire et parfois superflu confort. Observons ce que le monde global en expansion va bien pouvoir inventer pour tenter de freiner sa chute vers l´inéluctable local.


Gageons que l´avènement de ce local forcé, voulu par certains et subi par d´autres, permettra néanmoins de réinventer une expansion raisonnée, non pas sur une néo-ruralité idéalisée, mais sur un modèle hybride prenant le meilleur des deux paradigmes. Alors, est-ce que ça va durer ?

Si vous ne voulez pas commander sur Amazon: 


VICILISATION: Le tome 2 "Refondation" est disponible !

Plus de 10 ans après la parution de Vicilisation "La Chute", le tome 2, "Refondation", est désormais disponible. Jacques...