samedi 12 février 2022

USA, premier exportateur mondial de démocratie et phare de la liberté.

Les USA nous refont le coup de l´Irak et tentent d´entrainer l´Europe dans un conflit aussi loin que possible de leur pays. 

Après avoir mis le Proche-Orient à feu et à sang, en présentant délibérément de fausses preuves devant les membres de l´ONU pour déclencher l´opération "Iraqui Freedom" destinée à "instaurer la démocratie en Irak", ils ouvrent un nouveau front en Ukraine. 

Après avoir copieusement exporté leur vision de la liberté "made in US", les armes qui vont avec et leurs soldats en Irak, Syrie, Koweït, Afghanistan... Ils préparent massivement leur opinion à un conflit dans un pays que la plupart des américains ne sont sans doute même pas capable de localiser sur une carte (à commencer par Tonton Biden qui sucre les fraise et évoque l´Iran au lieu de l´Ukraine lors de son discours sur l´état de Union). 

Qu´importe après tout, puisque ce ne sont pas eux qui recevront ensuite massivement les flots de réfugiés de ces zones de guerre qui ce seraient sans doute bien passé de la bienveillance amicale des USA.

Finalement, l´exportation de la guerre est un busines très juteux pour eux: ils font fonctionner leurs industries, retrouvent des emplois à leurs boys et enfin s´arrogent les chantiers de reconstruction des pays qu´ils ont bombardé. Ce faisant, ils continuent à disperser le chaos loin de chez eux, empêchent les autres blocs de se renforcer et utilisent les migrations de masse comme moyen de désorganisation. 

Mais que viennent-ils faire aux portes mêmes de la Russie sous couvert de l´OTAN qui n´est que leur  instrument de déstabilisation ? Est-ce que les Russes s´amusent à installer une coalition armée au Mexique, au Canada ou à Cuba ?
Quels sont les véritables objectifs de cette nation qui a décidemment toujours besoin d´un ennemi extérieur pour exister ? 

L´hystérie médiatique qui déferle aujourd´hui aux US et l´occident en général, prépare l´opinion à une guerre que certains ont dû juger nécessaire à la survie du "pays des libertés". Effectivement, refaire tourner à plein leur complexe militaro-industriel à la recherche de relais de croissance et envoyer leurs chômeurs se faire tuer loin de chez eux est une solution financière pour masquer la faillite d´un modèle. "Thank you for your service".

Si l´Europe était aussi forte qu´elle le prétend, cette passe d´arme que nous ne contrôlons pas - ou peu - n´aurait pas vu le jour. Il nous appartient de faire les gardiens de la paix sur notre propre continent et de vider de sa substance l´OTAN, qui n´a plus lieu d´être depuis la disparition du bloc soviétique et du Pacte de Varsovie. 

Le seul candidat encore en lice à soutenir cette idée, Eric Zemmour, explique pourquoi il faudrait sortir du commandement intégré de ce "machin" anachronique. De son côté, Emmanuel Macron utilise cette crise dans un but électoral, en espérant que son air martial, ses déclarations solennelles et ses mises en scène, le feront passer pour un chef d´état de dimension internationale sauvant l´Europe de la guerre, après avoir sauvé la France du Covid grâce à sa mémorable gestion de la crise. Le plus pathétique dans cette histoire, c´est l´incapacité de la France à peser sur la situation et à faire entendre la voix de la raison.

Posons-nous quelques questions simples : Pourquoi envisager de faire entrer l´Ukraine, pays frontalier avec la Russie, dans l´OTAN ? Quel état membre s´oppose à cela ? Qui sont ces étranges groupes armés ukrainiens formés par le Canada et l´OTAN ? N´y a t-il pas là des manœuvres délibérées de l´OTAN, sous gouvernance US, pour générer d´inutiles tensions ? 

Après l´élargissement de l´OTAN en 2004 à la Roumanie, la Lettonie, la Lituanie et l´Estonie - qui était déjà un "Casus belli" - la tentative d´ouverture vers la Géorgie et l´Ukraine est une véritable provocation. 

Les USA voudraient semer le chaos en Europe, qu´ils ne s´y prendraient pas autrement. Les accords de Minsk ont délibérément été sabordés dans l´indifférence du bloc de l´ouest. L´atlantisme aveugle n´est pas source de stabilité et nous devrions être beaucoup plus critiques vis à vis des va-t-en-guerre pour qui ce potentiel conflit présente des bénéfices géostratégiques et économiques. 

Comme le rappelle Poutine: "Ce n´est pas nous qui avançons vers l´OTAN, c´est l´OTAN qui avance vers nous".

Le Roman Vicilisation :




Si vous ne voulez pas commander sur Amazon: 

Les deux tomes de Vicilisation sont sur le podium des ventes chez Amazon !

 "La Chute" (Tome 1) et "Refondation" (Tome 2) sont classés dans le Top 3 des meilleures ventes sur Amazon. Les deux rom...