Un roman d'aventures entre actualité et fiction.


« Vicilisation* - La Chute » est un roman d'aventures qui se déroule de nos jours.

La crise économique s'aggrave, les tensions sociales, religieuses et les attentats se multiplient, le monde occidental vacille, puis s'effondre brusquement.

Les villes en proie aux pénuries et aux émeutes sont les premières touchées.

Jacques, un jeune architecte parisien jeté sur les routes de l'exode, tente de survivre à l'impensable.

Son errance spectaculaire au travers d’un monde qui sombre dans l’anarchie lui révèle ce que beaucoup n’auront pas l’occasion de voir : le crépuscule d’une civilisation.

Pourtant, au milieu des doutes et de la violence, un fragile espoir semble renaître...

Jusqu’où ira-t-il pour le défendre ? Que sera-t-il capable d’accomplir pour émerger de ce chaos ?

Et vous, que feriez-vous ?

------------------------------------------------------------
 Acheter Vicilisation en ligne Roman 288 pages, format papier livré sur 3-5 jours 13,50 euros.

 Acheter Vicilisation sur AMAZON.FR

mardi 5 juin 2012

Faut-il continuer à trouver des solutions, ou bien essayer de régler les problèmes ?

C’est le Wall Street journal qui l'écrit : “De nouveaux signes de ralentissement mondial obscurcissent les perspectives économiques”. Non, vraiment ?  « 100 millions d’Américains sans emplois » titrait tout aussi récemment Business Insider. Plus de 10% de chômeurs en France, hausse de 50% des fermetures d'usines, l’Espagne qui vacille, les USA sous assistance respiratoire de la FED, la Grèce en état de mort cérébrale, les signes d’une crise systémique incurable se multiplient. 


Pourtant, beaucoup semblent encore espèrer une « sortie par le haut », une sorte de solution globale, quasi-divine et miraculeuse qui serait le fruit d’un consensus entre des gouvernements européens, dont certains n’auront bientôt même plus de quoi payer les retraites et les aides sociales dans leur propre pays s'ils n'empruntent pas sur les marchés…

Au point où nous en sommes, il faudrait peut-être se demander si l’objectif consiste encore à trouver une énième solution, ou bien à définitivement régler les problèmes ? 

Car n’en doutons pas un seul instant, il se trouvera toujours de brillants esprits qui utiliseront leur précieuse intelligence pour concevoir de belles solutions complexes comprises d’eux seuls. Elles viendront s’empiler, sans retour arrière possible, sur des sparadraps techniques déjà conçus par d’autres esprits pointus. Ce faisant, le problème initial se complexifie, devient ingérable et n’est toujours pas résolu.

Joseph Tainter un chercheur américain, démontre dans son ouvrage la « Chute des sociétés complexes »  que les civilisations atteignant un certain degré de complexité ne peuvent que décliner, parce que tous les efforts pour maintenir leur stabilité entraînent un surcroît de complexité de plus en plus ingérable.

Car pour maintenir leur croissance, les sociétés doivent continuer à résoudre les problèmes à mesure qu’ils surviennent. Pourtant, chaque problème résolu signifie plus de complexité. Le succès temporaires de certaines "rustines" induit une population plus nombreuse, plus de spécialistes, plus de ressources à gérer, plus d’informations à traiter - et, in fine, moins de retour sur l’argent dépensé.

Tainter s’est aperçu qu’une complexité croissante entraîne des rendements décroissants. Par exemple, le supplément de nourriture produite par chaque heure supplémentaire de travail - les joules d’énergie investis pour cultiver un hectare - diminue à mesure que cet investissement s’accroît.

Au bout du compte, estime M. Tainter, on atteint un point où toutes les énergies et les ressources à la disposition d’une société sont nécessaires uniquement pour maintenir son niveau actuel de complexité. Puis, quand le climat change ou qu’arrivent des crises, les institutions proches du point de rupture s’effondrent et l’ordre civil avec elles. Ce qui émerge ensuite c’est une société moins complexe, organisée sur une plus petite échelle, ou qui est dirigée par un autre groupe (Tout comme dans le roman "Vicilisation - La Chute"...;-).

Le contexte qui s’impose à presque tous les gouvernements dans les anciens pays industrialisés est celui des rendements décroissants. 
Les plans d’aide, de sauvetage, les accords multilatéraux, les injections de cash  (
plus de 380 Milliards d'euros pour la Grèce !), les plans de rigueurs ne produisent plus aucun effet significatif sur les systèmes qui ont du mal à poursuivre indéfiniment leur apogée... 

Cette situation se caractérise par une croissance quasi nulle, artificiellement maintenue par la dette et les bidouillages statistiques, afin de ne surtout pas prononcer les mots tabous de « récession » ou de « décroissance ».

Que les gouvernements soient de gauche ou de droite, Démocrates ou Républicains, Travaillistes ou Conservateurs n’aura sans doute pas de grands impacts, car c’est le même problème structurel qui est à l’œuvre un peu partout dans le monde moderne. Les bannières politiques seront de peu d'utilité face à des systèmes et des organisations hors de contrôle, qui ne peuvent plus aller que dans un sens : celle d'une fuite en avant accélérée et d'une complexité croissante…

Les signes perçus dans notre quotidien nous confirment qu’il se passe quelque chose d’unique à l’échelle de nos vies, et d’absolument impensable pour les générations précédentes qui ont bénéficié des "30 glorieuses". Tellement impensable, que nous avons parfois du mal à réaliser ce qui se trame, et à mettre des mots pour matérialiser le problème dans sa globalité.

Si nous voulons surmonter cette crise, contre laquelle les schémas classiques sont inopérants, il faut sans doute changer de méthode et d’échelle, s'extraire de nos conditionnements et tenter d'explorer modestement de nouvelles pistes, armés de notre seule intuition et de notre bon sens...

C’est sans doute le principal enjeu auquel devra faire face une humanité libérée de certaines contraintes naturelles et poussée par le sentiment de son invincibilité : admettre sa propre finitude, et accepter de remettre en question les dogmes qui ont bercé les consciences avant qu'il ne soit trop tard...

Sources :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire