Un roman d'aventures entre actualité et fiction.


« Vicilisation* - La Chute » est un roman d'aventures qui se déroule de nos jours.

La crise économique s'aggrave, les tensions sociales, religieuses et les attentats se multiplient, le monde occidental vacille, puis s'effondre brusquement.

Les villes en proie aux pénuries et aux émeutes sont les premières touchées.

Jacques, un jeune architecte parisien jeté sur les routes de l'exode, tente de survivre à l'impensable.

Son errance spectaculaire au travers d’un monde qui sombre dans l’anarchie lui révèle ce que beaucoup n’auront pas l’occasion de voir : le crépuscule d’une civilisation.

Pourtant, au milieu des doutes et de la violence, un fragile espoir semble renaître...

Jusqu’où ira-t-il pour le défendre ? Que sera-t-il capable d’accomplir pour émerger de ce chaos ?

Et vous, que feriez-vous ?

------------------------------------------------------------
 Acheter Vicilisation en ligne Roman 288 pages, format papier livré sur 3-5 jours 13,50 euros.

 Acheter Vicilisation sur AMAZON.FR

jeudi 27 octobre 2011

Quel modèle de société pour demain, à part reculer pour mieux sauter ?

Doit-on se réjouir des annonces triomphantes des dirigeants européens qui, les traits tirés par leurs négociations nocturnes, nous annoncent, tels des chirurgiens ayant miraculeusement sauvé un mourant après des heures d’opération, que « l’Europe est sauvée » et que « le risque de contagion est circonscrit » ?

N’avons-nous pas déjà entendu les mêmes messages rassurants à l’issue des 10 précédents sommets censés sauver la planète, le monde moderne, et notre galaxie toute entière ?

Derrière les postures et les effets d’annonce, constatons simplement que de nouveaux milliards d’euros vont encore être injectés dans le tonneau des danaïdes des dettes souveraines, qu’aucune solution structurelle durable n’est proposée (à part effacer une partie l’ardoise Grecque), et que le nouveau prêt va intégralement servir au remboursement des emprunts Grecs.

Le Fonds européen de stabilité financière (FESF), va voir sa capacité de 440 milliards d’euros encore renforcée, et aucune rupture avec la logique qui est à l’origine même de cette crise n’est évoquée. Pourquoi ?

Tout d'abord, parce qu'il est souvent difficile de régler un problème de l'intérieur en faisant appel à ceux qui l'ont créé Ensuite, parce qu'il en faudrait du courage politique pour reconnaître que les vieilles recettes ne fonctionnent plus, qu'emprunter pour rembourser nous conduit dans une impasse alors que la croissance est nulle. Mais le mouvement général de ces dernières décennies tend irrémédiablement vers plus de globalisation et "d'irresponsabilité organisée" (pour reprendre l'expression du sociologue Ulrich Beck), au détriment d’individus piégés dans des organisations qui les dépassent complètement.

Finalement, peut-être que nos dirigeants sont animés de bonnes intentions, peut-être pensent-ils vraiment que cette crise pourra être réglée par le haut, de manière incantatoire, au nom de ceux qui leur ont aveuglément délégué leur citoyenneté en espérant l'avènement d'un messie providentiel.

Mais peut-être savent-ils aussi au fond d’eux-mêmes que la situation est grave si le pouls de l'économie reste faible, qu’il faut continuer à donner le change et ne pas scier, tant qu’elle tient encore,  la branche sur laquelle ils sont tous assis, comme l’étaient avant-eux ceux qui les ont coopté pour que les dispositifs et le dogme de la croissance sans fin perdurent.

Depuis des mois on nous parle de systèmes, de mécanismes et d’organisations à sauver. Des technocrates, issus de ces mêmes agencements supra nationaux, nous expliquent doctement, comme à des enfants dont le jouet est cassé, qu’il est réparable et qu’il faut garder espoir… 

Les individus en bout de chaîne ont totalement disparu des considérations. Qui parle de la détresse de ceux qui n’ont plus rien et cherchent des solutions ? De ceux qui tentent de nourrir leur famille et de se loger dignement ?

La réalité dans les bassins d’emplois ravagés, dans les zones péri-urbaines où le chômage officiel culmine à plus de 20% et dans certaines zones rurales est tout autre : le modèle ne parvient plus à donner durablement des places à tout le monde, et la croissance artificielle obtenue grâce au crédit pas cher durant les dernières décennies est révolue.

Après les 30 glorieuses, les Etats-unis sont parvenus à maintenir une croissance factice grâce à la surexploitation des crédits privés, conduisant à la crise des subprimes de 2008 et ses conséquences sociales... (Je vous conseille à ce propos l'excellent film: "The big short: le casse du siècle", c'est édifiant !). En Europe, ce sont les gouvernements qui ont compensé le déclin par une augmentation des dépenses publiques conduisant aux mêmes excès... Dettes privées ou dettes publiques, dans les deux cas, il faut payer.

Malgré les bricolages financiers et les rafistolages technico-politiques d’urgence, le modèle basé sur le paradigme d'un développement perpétuel et sur une croissance économique constante a atteint son apogée, et entame une descente rapide, ne contredisant pas en ce sens les lois fondamentales de la nature et les constantes universelles.

Face à cette fin organique annoncée, le casting politique est assez riche, chacun y allant de sa solution, mais toujours sur un même schéma mental consistant à expliquer qu’un leader providentiel ou qu’un parti alternatif détient le secret de la croissance, et qu’une gestion centralisée, étatique et globale de la problématique produira des effets positifs au terme de « gros efforts » que certains n’imposeraient même pas à leur chien.

Peut-être devrions-nous sérieusement envisager la possibilité qu’il n’y ait pas (ou plus) de solution globale, plus de croissance (même artificielle), et pas de messie ou d’hyper dirigeant omniscient capable de stopper seul cette fin de civilisation ?

Mais ne rêvons pas : tant qu’il y aura de brillants orateurs pour expliquer qu’ils ont la réponse, ou qu’ils sont capables de la trouver, il y aura toujours des foules béates emplies d’espérance pour les écouter et voter pour eux, avant de les destituer aux élections suivantes. 

Alors, difficile de prévoir quand tout ceci cessera de fonctionner, mais constatons simplement qu’un modèle assis sur un impératif de consommation et de croissance risque de s’asphyxier si plus personne n’est capable de consommer, faute de travail et de crédit.

Les dirigeants des pays industrialisés l'ont bien compris et tentent désespérément de fournir des emplois, même subventionnés sur le budget de l'état déjà dans le rouge, pour que les électeurs puissent continuer à consommer avec de l’argent qu’ils n’ont pas, des biens qu’ils ne produisent plus depuis longtemps. En tant que fournisseurs concernés au premier chef, les Chinois seraient même prêts à nous aider dans cette voie...

Un beau projet de société en somme, où des masses endoctrinées, bombardées de publicités, pourront continuer à se ruer sur du rêve en boîte. Mais ne nous égarons pas, il s'agit d'un autre sujet qui fera l'objet d'un billet spécifique.

Pour l'heure, c'est le même constat un peu partout dans le monde industriel occidental : les emplois disparaissent, la consommation baisse et les crédits sont à l’arrêt, contraignant le consommateur à ne plus consommer, et l’emprunteur à ne plus rembourser. Injecter du cash dans la machine ou effacer les dettes retardera sans doute l’échéance, mais ne réglera pas fondamentalement cette crise systémique qui s’avère surtout être une crise de sens, d'imagination et de trajectoire.

Des millions de personnes ont déjà été expurgées sans ménagement de la matrice qui les a allégé du peu d’épargne qu’elles avaient encore. Elles se retrouvent hagardes à errer dans les décombres des cités radieuses et dans les bidonvilles qui fleurissent désormais en périphérie des grandes capitales occidentales.

"Révolution!" crieront certains indignés au bord du vide, "Evolution!" proposeront d'autres modérés moins proches du gouffre. Mais les uns ne sont pas assez nombreux, et les autres trop consensuels pour parvenir à enclencher quoi que ce soit de "disruptif"... Mais peut-être qu'il n'y aura pas besoin de révolution pour renouveler le modèle finalement: il pourrait s’effondrer tout seul sur lui-même faute de carburant, rongé dans sa logique consumériste et gavé de certitudes ostentatoires.

Quelque part, chaque crise recèle des opportunités : ceux qui affirmaient avoir une solution finiront par ne plus être entendus, noyés dans les grondements des peuples, et ceux qui pensaient que d’autres, plus intelligents et éduqués qu’eux, allaient leur trouver une issue miraculeuse sans rien changer à leurs comportements, finiront par découvrir que ce sont eux qui détiennent une partie de la réponse.

Et parce qu’ils n’auront plus le choix, certains dé-consommeront et fuiront les villes comme c’est déjà le cas en Grèce et en Italie où cette révolution par défaut est déjà en marche, d’autres seront obligés de mettre en œuvre des solutions de proximité pour se nourrir et se loger, tout simplement.

Alors, peut-être que des centaines, des milliers, puis des millions de réponses et d'initiatives portées par des individus, ou des groupes d’individus, coupés du politique, contraints par l’absence d’option et par la nécessité de subvenir à leurs besoins élémentaires, finiront par s’agréger et se coordonner afin de spontanément refonder un nouveau sens, et tracer de nouvelles perspectives.

Ce sera peut-être la fin du monde tel que nous l’avons connu, mais ce ne sera pas la fin du monde pour autant…

mercredi 28 septembre 2011

Désurbanisation : la révolution par défaut ?

Le Larousse définit la désurbanisation comme une « politique tendant à favoriser l'implantation d'activités économiques dans le monde rural et la création d'emplois dans les villages ».

La désurbanisation, n’est pas un nouveau concept prôné par quelques dangereux subversifs. Dès les années 70, le mouvement apparaît en réponse au paradigme de la croissance sans fin, et tente de s’inscrire comme une alternative aux dogmes de la globalisation, du toujours plus de profits, de productivisme et de béton…

Pour beaucoup, les villes et les mégalopoles cristallisent les symptômes de l’essoufflement d'un modèle planétaire qui ne parvient plus à lutter contre l’exclusion sociale, la déshumanisation, la précarité, la violence, la pollution, la dépendance énergétique et alimentaire…

Alors, certains ont déjà quitté les grandes agglomérations par choix de vie ou par engagement politique, sans pour autant faire basculer l’opinion publique de leur côté, et sans révolutionner le mode de vie dominant.

Peut-être est-il utile de le rappeler, mais une révolution résulte d’un mouvement de forte ampleur. Une minorité ne peut pas faire une révolution si elle est isolée. Elle peut revendiquer, tenter d'amorcer une réaction, manifester, mais sans l’assentiment implicite ou explicite de la majorité, la rotation de l’histoire est difficile, voire impossible.

Or les conditions de changement de l’histoire sont en train d’évoluer avec la crise mondiale actuelle, car les mécanismes de financements de la cohésion qui maintiennent la structuration d’une société où la majorité travaille, paie des impôts, part en vacances et surtout consomme, sont en train de sérieusement se gripper.

Tous les jours des individus, sans doute de plus en plus nombreux, sont expurgés du système par les plans sociaux, la fin ou la réduction de leurs droits, le surendettement ou la fermeture de leur société. Ils réduisent brutalement leur consommation, ou doivent quitter les villes car ils n’ont plus les moyens d’y demeurer. Ils « déconsomment » involontairement car ils n’ont plus de choix, et encore moins accès aux crédits ou aux milliards injectés dans le tonneau des Danaïdes des dettes souveraines ou dans le soutien aux banques.

Et ce mouvement de tarissement progressif des options, cette crise du choix historique qui sape les fondements de nos sociétés consuméristes basées sur la surabondance, recèle les germes d’un nouveau type de révolution : la révolution par défaut.

Cette révolution n’a rien de volontaire, d’épique ou de glorieux... Elle n’est pas le fruit d’une réflexion personnelle, ou d’une démarche politique volontariste. Elle est subie par des consommateurs qui étaient jusqu’alors les piliers du système marchand. C’est une révolution « sans violence » conduite, non pas par une minorité d'indignés ou d'activistes déterminés, mais par une majorité de « Madame Michu » et de « Monsieur tout le monde » qui ne peuvent plus se payer quoi que ce soit, même dans le discount.

Démunis, privés de crédits conso, sans épargne et sans alternative, ils quittent les villes, rejoignent des zones de moindre densité ou, dans les cas les plus extrêmes, reprennent un lopin de terre comme c’est le cas en Grèce. La Grèce est assez avancée en matière de décomposition sociale et économique, et trois principaux phénomènes peuvent nous éclairer sur la trajectoire possible de cette crise:

a) Un exode financier sans précédent vide le pays de ses dernières richesses : Les plus informés, les plus riches et les plus mobiles placent l’argent qu’il leur reste à l’étranger et certaines sources estiment qu’entre 250 à 300 milliards d’euros ont déjà été transférés hors de Grèce.

b) Un exode des cerveaux vers des cieux plus cléments : avec un taux de chômage à plus de 15%, 70% des jeunes diplômés souhaitent partir à l’étranger.

c) Un exode urbain : Pour ceux qui ne sont ni assez diplômés, ni assez riches pour s’expatrier, il reste à se nourrir et à se loger dans un pays où l’indice des prix à la consommation a bondi de 250% en 2011, pour atteindre 4,5%

N’ayant peu ou plus d’argent pour payer leur loyer, leur forfait de téléphone, leurs fringues  de marque et encore moins pour régler les échéances de leurs crédits, une partie des citadins commence à fuir les villes.

Cet exode urbain touche pour l’instant environ 100 000 personnes (Sur 11 millions de Grecs), dont 40 000 Athéniens qui, selon la Fédération grecque des paysans, ont fait ce "choix" ces deux dernières années. Il est difficile d’estimer l’ampleur exacte du mouvement, mais on constate le même phénomène en Italie du sud, où selon "Le Monde" 580 000 personnes ont déjà quitté la région (Naples a perdu 108 000 habitants, Palerme : 29 000), et en Espagne où la jeunesse s'expatrie.

Est-ce un mouvement migratoire temporaire, touchant les pays ou les régions en difficulté ? Est-ce que cet exode urbain sera inversement proportionnel à celui qui a vidé les campagnes de leur substance durant les siècles précédents au profit des villes et de leurs promesses ?

Difficile de répondre à ces questions, mais à leur manière, les Grecs font leur révolution en sortant du système bien malgré eux, car ils ont épuisé toutes les options. Certains ont même décidé de sortir de l'euro de leur propre chef et sont revenus au Drachme, à l'instar de certains villages espagnol ou italiens qui ont repris leur ancienne monnaie. Ils sont à l'avant-garde de ce qui arrivera tôt ou tard à d'autres pays (et pas qu'en Europe...). Ces révolutionnaires d'un nouveau genre sont très nombreux et vident littéralement le modèle de sa substance, ils l’étouffent, l’asphyxient en ne consommant plus.

C’est une révolution par défaut : le défaut de la dette, mais surtout le défaut de solution pour les populations urbaines les plus défavorisées. Et cette déconsommation pourrait être d’une redoutable efficacité. Sans doute encore plus dévastatrice qu’un mouvement de contestation organisé, qu’une prise de la Bastille, et plus destructrice qu’une barricade et que des cocktails Molotov. 

Il est communément admis que la Grèce est le berceau de notre civilisation. Le point de départ depuis lequel des penseurs se sont interrogés sur les citées, la démocratie, les utopies, les systèmes politiques et la place de l’homme dans l’agora.

Prenons le pari, que la Grèce, au travers de la désurbanisation forcée qu’elle subit avant tout le monde, nous conduise à réfléchir sur la meilleure façon de transformer cette crise systémique mondiale en une multitudes d'opportunités locales capables de refonder un nouveau projet de société.

Peut-être que cette révolution par défaut permettra à certains
 de déterminer eux-même comment créer localement des solutions à taille humaine, fédérer les énergies et inventer demain, plutôt que de persister à déléguer leur citoyenneté au profit de propositions  centralisées d'où les individus sont exclus.

mercredi 3 août 2011

On ne se fait pas élire en disant « non »

Si un ménage s’endette pour rembourser ses crédits, on parle du fléau du surendettement. Si un état fait exactement la même chose, on parle « d’un accord historique » ou bien de « sécuriser l’avenir ».

Mais de quel avenir parle–t-on au juste ? De celui des générations futures, condamnées à produire et consommer toujours plus au nom de la sacro-sainte croissance ?

Est-ce le « projet d’avenir » que l’on prépare à notre jeunesse ? La croissance est-elle le seul moyen d'envisager l'avenir ? Pour l'heure, force est de constater qu'en Europe et aux USA, le système ne sait pas produire d’autre réponse que d’augmenter la dette pour rembourser la dette, en priant pour que la croissance soit au rendez-vous.

Le modèle reproduit inlassablement le même schéma mental dont le monde entier feint d’ignorer le funeste dénouement. Un cercle vicieux dont nous ne pouvons manifestement plus  sortir. Le modèle dans lequel nous évoluons semble nous dépasser, il a atteint une masse critique, il s’auto-suffit, suit ses propres règles et fait abdiquer les gouvernants.

Et puisque ces derniers ne se font pas élire en disant « non » (aux marchés et aux électeurs), ils ne peuvent qu’aggraver la fuite en avant, contraints de relever les plafonds des dettes pour retarder autant que possible le défaut de paiement, et passer la "patate chaude" à l'équipe suivante... Ils tergiversent, se concertent en mondovision, organisent une mise en scène digne de la "comedia del arte" mais, au final, hésitent à sauter dans l'inconnu, et surtout à scier la branche sur laquelle ils sont assis.

Ceux qui auront le courage politique d’évoquer des réformes structurelles, ou de proposer un nouveau pacte risquent quant à eux de subir l’ire de ceux qui trouvent encore quelques intérêts à ce que les choses n‘évoluent que raisonnablement. Car aujourd'hui, comment envisager de se faire élire sans le soutien financier des marchés ? Comment "débourser" les millions d'euros ou de dollars nécessaires pour le marketing, les pubs et le "lobbying" sans l'appui des places ?

Le système aurait-il perdu toute capacité à se réformer de l’intérieur et à remettre en question ses fonctionnements ?

mercredi 8 juin 2011

Fukushima Vs Tchernobyl : entre impuissance et désinformation.

Lorsque l’accident nucléaire de Tchernobyl survint le 26/04/1986, la presse internationale critiqua immédiatement la vétusté des installations, leur non-conformité, le manque de professionnalisme des ingénieurs et la désinformation organisée entourant l’évènement.

A l’époque, la compréhension de la chronologie de l’accident, la découverte des erreurs humaines et des mensonges éhontés des autorités furent des preuves supplémentaires de l’effondrement du bloc soviétique. La démonstration éclatante de la déliquescence d’infrastructures hors d’âge rafistolées avec des bouts de fil de fer.  

Cela conforta aussi le modèle occidental triomphant dans sa capacité à maîtriser l’atome et à donner des leçons de sécurité au reste de la planète, quitte à mentir sur la trajectoire du nuage radioactif.

L’accident de Fukushima du 11/03/2011 touche quant à lui un pays moderne, démocratique et profondément capitaliste, comme en atteste son endettement public record à plus de 200% du Pib.

Et nous pouvons effectivement constater tous les jours ô combien la gestion de cette crise diffère fondamentalement de celle que nous avions vécu il y a plus de 20 ans, aux temps obscurs de la Pravda et du mensonge d’état organisé.

Certes, Le Monde, citant le Japan Times, avance aussi la possibilité d’une erreur humaine dans l’arrêt du système de refroidissement du réacteur 1, ce que ne dément pas TEPCO l’opérateur censé maîtriser cette situation… Accordons-leur néanmoins le bénéfice du doute, puisque seulement un réacteur, sur les trois qui ont déjà sauté, serait concerné.

Arrêtons aussi de croire que TEPCO nous prend délibérément pour des idiots en prétendant pouvoir rétablir le système de refroidissement, alors que les installations sont détruites, que les enceintes de confinement sont percées et fuient abondamment. Après tout, un refroidissement externe (et à distance respectable) du combustible serait une première mondiale…

Reconnaissons aussi que la conjonction d’un tremblement de terre et d’un Tsunami était improbable sur une zone littorale. Certains m’opposeront que « Tsunami » est un mot d’origine Japonaise, mais qui pouvait vraiment prévoir qu’en construisant une centrale au bord de mer à la jonction de plaques tectoniques, celle-ci pourrait simultanément subir un jour un tremblement de terre majeur et ses conséquences immédiates ?

En ce qui concerne la communication de TEPCO, devons-nous blâmer l’opérateur obligé de pousser sur le devant de la scène des ingénieurs impassibles et respectueux nous expliquant « que tout est sous contrôle », alors qu’à quelques kilomètres du centre de presse des hommes, noyés dans le chaos nucléaire, font face à des explosions d’hydrogène, à des fuites radioactives et à la fusion des combustibles ?

Pouvons-nous imaginer un seul instant l’incroyable difficulté à organiser un tel simulacre, alors que les feux de l’enfer vous échappent, s’enfoncent irrémédiablement dans la terre nourricière et se dispersent dans l’océan, en risquant de reléguer l’art du Sushi à un vague souvenir ?

Il en faut de la zénitude, malgré les trous béant dans les réacteurs et les démentis embarrassants que la réalité et l’AIEA apportent jour après jour aux déclarations rassurantes de TEPCO, pour informer, avec un tel souci de transparence et un tel professionnalisme, le monde inquiet et des populations qui ne pourront plus habiter dans les zones contaminées au cours des prochaines décennies...

Enfin, saluons dans le silence et le respect le plus sincère, le geste désespéré de ceux qui tentent de chevaucher le dragon en furie pour leur pays, et pour éviter le déshonneur à ceux qui les ont mis dans cette situation. Des centaines, peut-être des milliers de Kamikazes s’immolent dans le brasier de Fukushima à l’heure ou vous lisez ces lignes une tasse de café équitable à la main (ou de thé radioactif).

Mais tout ceci n’est en rien comparable aux quelques 600 000 ouvriers « liquidateurs »  venus d’Ukraine, de Biélorussie, de Lettonie, de Lituanie et de Russie pour nettoyer les déchets nucléaires de Tchernobyl. A l'époque, les choses étaient totalement hors de contrôle…

Non vraiment, le monde a changé en 20 ans… Désormais, les opérateurs nationaux en charge de l'exploitation des centrales sont sous le contrôle d'autorités totalement indépendantes, qui en aucune manière ne participeraient à ce qui pourrait s'apparenter à de la dissimulation. Partout dans le monde, mais surtout en France, des normes de sécurité draconiennes, notamment en matière sismique, assurent la solidité et l'étanchéité des enceintes de confinement. La preuve: nos centrales sont plus chères !

Mais j'admets humblement que ces considérations sont assez complexes pour qui n'a pas fait Polytechnique, c'est pourquoi nous pouvons les confier sans crainte à l'ensemble de la chaîne de décision de l'énergie. N'en doutons pas, elle n'hésitera pas à spontanément alerter le grand public en cas de risques structurels...

Le Japon démontre ainsi tous les jours, que c'est parce qu'il n'existe aucune collusion entre T
EPCO, les médias, les industriels et le gouvernement, que nous pouvons compter sur la plus totale transparence de l'information.  Alors dormez tranquille braves gens, nous aurons tous notre dose de progrès sans frontière...

mercredi 25 mai 2011

Indignés espagnols et crise financière mondiale

La roman "VICILISATION - La Chute" prend comme point de départ l'impasse sociale créée par des endettements publics proprement gigantesques.

L'écriture de cette fiction sociale a débutée en 2008, alors que les crise des subprimes éclatait et engloutissait des milliers de milliards de dollars censés éteindre l'incendie. Quelques années plus tard, on se demande si la réalité ne rattrape pas ce qui n'était alors qu'une fiction...

Aujourd'hui, une partie de la manne financière injectée par la FED, la BCE et consors, pour sauver l'édifice s'investit notamment sur les banques elles-mêmes, les actions ou les marchés des matières premières (sucre, blé, coton, riz, pétrole...) créant des spéculations dévastatrices dont la population et l'économie réelle ne sont pas les bénéficiaires.

Aux USA, d'où s'est révélée cette crise, les quelques 600 milliards de dollars récemment investis par la FED (Source: Wall street Journal) n'ont pas produit les résultats escomptés : les prix de l'immobilier sont au plus bas et baissent de près de 1% par mois, et entre 30 et 40 millions d'américains vivent grâce aux bons alimentaires... (Source Second Harvest)

En parallèle, dans la plupart des pays de l'UE, les salaires stagnent, les emplois aussi (17% de chômage en Mars 2011 en Espagne). L'aide alimentaire concerne aussi environ 10% de la population (Source PEAD), et les plans d'austérités essorent les nations endettées alors que les prix des denrées de base augmentent... Les cas de la Grèce, de l'Irlande et des "indignés" espagnols sont assez emblématiques d'un profond malaise et d'une crise de sens.

Mais devons-nous pour autant céder à la facilité et au dogmatisme en désignant un coupable expiatoire que nous pourrions tous lapider? Peut-être que si le jouet est cassé aujourd'hui, c'est que nous avons trop joué avec, et que nous portons tous collectivement une responsabilité dans ce qui se passe...

Comme l'affirme un des protagonistes du roman "VICILISATION - La Chute" (au risque de passer pour un hérétique) : "La finance internationale n'est pas la cause de tout ça, elle n'est que la conséquence de nos choix de société". Elle est l'outil qui a permis de maintenir, coûte que coûte, l'illusion du modèle dans lequel nous nous sommes vautrés durant des décennies. Elle est la conséquence de nos comportements d'achat, de consommation et de nos lieux de vie.

En effet, il a fallu financer le smart-phone depuis lequel nous envoyons des twits, notre voiture, nos vacances, le fonctionnement d'institutions hors de proportion, les grands projets publics et tout les biens que nous ne produisons plus chez nous depuis longtemps, et que nous achetons avec de l'argent que nous n'avons pas...

Si les créances douteuses, les montages opaques, la titrisation et les crédits faciles ont pu prospérer, c'est surtout parce que le système en avait besoin pour financer son développement basé sur un impératif de croissance, et que l'immense majorité de la planète n'imagine pas devoir réduire son train de vie et ne prône pas spontanément la décroissance.

Ce n'est qu'une question de temps (et de mathématique), mais le modèle consumériste occidental ne va plus pouvoir continuer à financer son fonctionnement outrancier. Il ne parvient déjà plus à rembourser les dettes, et tout est mis en oeuvre pour sauver l'existence des dispositifs globaux (et de ceux qui les contrôlent), au détriment des individus eux-mêmes.

Alors la décroissance va sans doute se mettre en place comme une nécessité, tout simplement parce que les populations n'ont plus de quoi consommer comme avant, se retrouvent sans option, et privée des évidences et des rêves qui ont bercé les générations précédentes... Il ne sera pas facile d'y renoncer tant ont nous a formaté au bonheur sur étagère, à la réussite normée, et à la plénitude sur papier glacé.

Pourtant, il va falloir inventer de nouveaux projets pour vivre ensemble, imaginer d'autres organisations dont les individus seraient de nouveau le centre. Nous allons être contraints de chercher un nouveau sens à tout ça avant que d'autres ne le fassent à notre place. Le mouvement a déjà commencé en Europe et il recèle sans doute les germes d'une révolution par défaut...

mardi 15 mars 2011

Japon nucléaire: changer le modèle énergétique ou le modèle de société?

Notre modèle énergétique n'est que le reflet de nos choix de société. Dans le débat qui s'annonce suite à la catastrophe nucléaire de Fukoshima, il ne faudrait pas confondre causes et conséquences... 

Car pour alimenter de manière constante les mégalopoles, les usines, les aéroports, les millions de m2 de bureaux, et des millions d'habitants il faut toute la puissance cumulée du nucléaire, de l'hydroélectrique et des énergies fossiles. Notre choix de production d'énergie est la conséquence directe de nos choix de société. Comment pourrions-nous espérer obtenir une réforme salvatrice de l'un sans faire évoluer l'autre ? Qui voudrait nous faire croire que les deux sujets sont totalement indépendants ?

Notre modèle de société global implique une production industrielle d'énergie et, dans ce contexte, sortir du nucléaire à court terme semble être une gageure. Il sera difficile de réformer le modèle énergétique indépendamment du modèle de société, et plus précisément du modèle de consommation.

Plus de 80% de la population est aujourd'hui concentrée sur moins de 20% du territoire. Ces concentrations urbaines sont totalement dépendantes des approvisionnements en tous genres, et cela implique forcément des solutions de production d'énergie globales, techniques (et parfois très dangereuses).

Une réforme du modèle énergétique passe par celle de notre manière de consommer, de nous déplacer, ou de nous loger... Les besoins énergétiques qui explosent risquent de favoriser la production industrielle d'électricité, au détriment de sources qui ne peuvent pas rivaliser en termes de constance et de production de kilowatts. Seule une modification des lieux d'habitat et un nouveau maillage territorial plus atomisé (sans mauvais jeu de mot), pourraient peut-être permettre d'envisager différemment la production d'énergie.

C'est pourquoi, l'habitat est un enjeu majeur dans les prochaines décennies car de lui dépend en partie notre rapport à l'espace et aux autres. En répartissant différemment l'habitat, en utilisant des solutions énergétiques de proximité (éolien, solaire, micro hydroélectrique, biomasse...) peut-être serait-il possible de revoir notre modèle énergétique.

Quelques pistes évoquées dans "VICILISATION - La Chute".

vendredi 4 mars 2011

"Architecture sociale": quézako ?!?

L'architecture sociale dont on entend le plus souvent parler en ce moment, est celle qui est liée à la forte demande de création de logements sociaux en France. On parle ici d'une réponse globale et politique à des problèmes globaux, conséquence de nos modes de vie.

L'architecture sociale décrite dans le roman "VICILISATION - La Chute" est différente, car elle positionne les individus au centre des constructions. Jacques, le héros ordinaire de cette fiction qui se déroule dans un futur proche, est un architecte.

Durant l'exode, ce qu'il va découvrir des villes et du chaos urbain modifie progressivement sa perception du rôle de l'architecture et de l'urbanisme. De ce cheminement naîtra bien des années plus tard "l'architecture sociale" telle qu'il l'imagine: "une faible empreinte écologique et une forte empreinte sociale".

jeudi 27 janvier 2011

Le Buzz autour de Vicilisation

"Peut-être est-ce la fin du monde tel que nous le connaissons, mais ce n'est pas la fin du monde pour autant..." annonce Jacques, le jeune architecte, personnage principal de cette fiction sociale.

Nos grands-parents et nos parents n'ont connu qu'un monde, relativement stable, et relativement prospère (Les 30 glorieuses). Le modèle planétaire a proposé un contrat social variablement équitable selon les continents durant de nombreuses décennies.On pourra critiquer ce "contrat social" dans le détail, mais force est de constater que c'est la première fois dans l'humanité qu'un système parvient à assurer une telle stabilité dans la durée.

Aujourd'hui, les choses semblent se compliquer car ce que certains appelaient le "fossé social" s'est transformé en gouffre béant (On parle désormais des 30 piteuses). La machine à "bonheur sur étagère" serait-elle grippée?

mardi 11 janvier 2011

VICILISATION: le premier opus

« Vicilisation* - La Chute » est un roman d'aventures qui se déroule de nos jours.

La crise économique s'aggrave, les tensions sociales et les attentats se multiplient, le monde occidental vacille, puis s'effondre brusquement.
Les villes en proie aux pénuries et aux émeutes sont les premières touchées.


Jacques, un jeune architecte parisien jeté sur les routes de l'exode, tente de survivre à l'impensable.
Son errance spectaculaire au travers d’un monde qui sombre dans l’anarchie lui révèle ce que beaucoup n’auront pas l’occasion de voir : le crépuscule d’une civilisation. 

Pourtant, au milieu des doutes et de la violence, un fragile espoir semble renaître...

Jusqu’où ira-t-il pour le défendre ? Que sera-t-il capable d’accomplir pour émerger de ce chaos ? 

Et vous, que feriez-vous ?


------------------------------------------------------------
Vicilisation est un néologisme dérivé du latin vicus (village) et de civilisation. Désigne un nouveau modèle d'organisation sociale basé sur de petits groupes humains exploitant localement les ressources agricoles et les technologies disponibles.
 Acheter Vicilisation en ligne
Livre format papier 13,50 € (livré sous 5-6 jours)


 Acheter Vicilisation sur AMAZON.FR